Monday, January 31, 2005

Seeking Opinions

Is there room for poetry, written in German, in a French anthology? (Est-ce-qu'il y a de place pour des poèmes, ecrivée en allemand, dans une anthologie française)?

5 Comments:

At 5:39 AM, Blogger quiet pond said...

Only with a translation so non-German readers don't get annoyed.

 
At 4:48 PM, Anonymous Anonymous said...

Esperons que les poemes **ECRITS** en allemand auraient die richtige Rechtschreibung (vous savez bien que pour les boches, ca tient une importance supreme!). ;)

Mais, serieusement, a quoi bon, ca? A moins que ca soit une anthologie alsacienne...

Jazzki

 
At 8:52 AM, Blogger Nathanael said...

La question est vraiment liée avec le problème alsacien, mais ce n'est pas seulement une question sur l'inclusion des poètes de la nationalité française, des originaires, qui faissent leurs idées dans un autre langue. Les anthologies, dans la l'intérêt d'être "sans frontières", englobent des écrivians non-françaises. Il y a des écrivians africaines qui dissent que la francophonie est effectivement une "franco-phony": un projet qui essayer à faire un néo-colonialisme cultural. La politique de la France sur la langue dans l'Afrique était un désastre en Rouanda. Alors avec les alsaciens il y a des écrivians qui sont conscientes d'être francaises, qui utilissent les formes de la litterature française dans les oeuvres, et duquel le problème des frontiéres est fondamental. Est-ce que un aristocrate polonais de XVIIIème siècle était mieux français parce-que il a communiquée dans la langue soi-dissant lingua franca?

(apologies for my poor writing)

 
At 4:32 AM, Blogger Jazzki said...

Bon, je comprends maintenant: tu pensais a une anthologie qui existe deja, non a une anthologie hypothetique.

Tu donnes comme exemple: "Est-ce qu'un aristocrate polonais du XVIIIème siècle était plus [ou veux-tu dire "un meilleur"?] français parce qu'il a communiqué dans la langue soi-disant lingua franca?" C'est a dire, il se serait senti comme traiteur a la nationalite de son coeur (===>il se sent plus francais que polonais) s'il avait parle/ecrit en polonais? Eh ben, si c'est ca le cas, c'est une question subjective, parce que par exemple moi, au fond de mon coeur, je me sens fort allemande---mon ame est "allemande"---quoique je suis Americaine par nationalite et j'habite aux Etats Unis (et je suis nee en Angleterre). Mais, je ne me sens jamais traitresse quand je parle anglais (ou francais, LOL!).

For all that, I'm not sure that the way I've interpreted your example is what you were really getting at. But if his use of French was a matter of decorum, rather than innermost affinity, then we're talking about class behavior, language as more of a matter of "ornament" and "manners." (In this connection, think about those who way back when opined that the Scripture shouldn't be translated into the "vulgar" tongues.) In any case, it's amazing that languages have a "social hierarchy," and that they can unleash such strong passions (positive or negative). Bec. after all, according to the modern (nominalist) view, they're all relative, none better than others, none superior (never mind that certain dialects [mind you, I ***LOVE*** dialects and enjoy speaking them] are incapable of the kind of nuance and precision inherent in the "standard" version).

Speaking of language precision, **HOW** do you manage to get all the accents graves/aigus, and the cedilles and circonflexes on your letters? I feel like my French is limping or nekkid or something w/o the proper "salt 'n pepper." :)

 
At 5:58 PM, Blogger Website said...

translate please

football merchandise fan club shop

 

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home