Sunday, October 09, 2005

History of the Event



Mona Ozouf's new book deals with the evolution of meaning of Varennes (1791). Louis XVI and Marie Antoinette reacted spontaneously when they tried to flee France -- they had no plan, no direction. Their flight and eventual capture had few immediate consequences. Over time it spurred popular resentment towards the monarchy. Varennes came to represent a break of faith between monarch and people. One year later the king had lost credibility, the monarchy was abolished, and the assembly became the unique representative of the nation.
La fuite royale constitue le type même de l’événement qui fait a posteriori l’histoire. Minimisé sur le moment, il apparaît ensuite dans toute sa dimension symbolique.

Citant Aulard, Mona Ozouf précise que si Varennes fait partie de ces rares moments révolutionnaires d’exception, c’est parce qu’il fut vécu et ressenti « dans les profondeurs de la nation ». Qui s’est vraiment soucié, au fond du Quercy ou du Gâtinais, des grandes « Journées » révolutionnaires, comme celle du 31 mai 1793, du 9 thermidor ou du 18 fructidor ? Bien que plus modeste en apparence, sans effusion de sang, Varennes a au contraire frappé tout un peuple. C’est ce qu’ont bien saisi, parmi les historiens, Louis Blanc ou Michelet. Plus visionnaire encore, Alexandre Dumas a écrit, dans La Route de Varennes, qu’en mettant « le pied sur la première marche de l’escalier de l’épicier Sauce, l’infortuné Louis XVI mettait le pied sur le premier degré de l’échafaud ».
Ran Halévi sees Ozouf's books as a return of the importance of the political (over the determinism of the cultural) to history:
Depuis la faillite des interprétations déterministes justement, on ne cesse de redécouvrir le poids du politique sur notre intelligence du passé, de mesurer le rôle du hasard dans la fabrique des grands événements, de reconnaître la part des individus dans le processus historique. Voilà pourquoi il me paraissait opportun de reconsidérer la portée des ruptures, évidentes ou méconnues, qui scandent l'histoire de France. Or, pour ce type d'interrogation, le principe des « journées » me paraît particulièrement approprié. Au fond, l'idée est de reconstituer, au fil des ouvrages et des dates, cette histoire longue autour des moments clés qui en infléchissent le cours.


ETA: Ozouf has a review on the collected correspondences of Marie Antoinette.

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home